Aumônerie aux armées

Sentinelle

01 janvier 2020

Ursula Leuenberger, pasteur et coach de vie-PNL, se présente comme nouvel aumônier militaire dans la région.

 

 

 

D’origine suisse allemande, j’ai grandi dans la région de Cannes et j’ai eu la joie d’être pasteur pendant 20 ans en Charente et en Dordogne, dans l’Union des Églises évangéliques libres. J’ai 50 ans, deux filles adolescentes, je suis divorcée. Alors que se posait la question de changer de paroisse, j’ai eu envie de changer de champ de mission, d’avoir l’opportunité et le temps d’aller directement à la rencontre de personnes, peut-être en recherche spirituelle, peut-être en souffrance, peut-être en attente qu’un témoin du Christ vienne vers eux. J’ai donc postulé comme aumônier aux armées, pour essayer d’être une présence chrétienne dans ce milieu. Je découvre petit à petit le monde militaire, avec ses codes et sa hiérarchie. La tradition catholique y est très présente, ce qui ne laisse pas beaucoup de place. Je suis confiante, le Seigneur fera son œuvre au travers de moi.

 

« Mais qu’est-ce que tu fais ? » Question posée par les amis et les chrétiens en général, pas par les militaires. Je fais du soutien moral et/ou spirituel. Concrètement, j’essaie de m’intégrer, de voir où je peux être utile pour être un soutien, au plus près. Quand on m’en donne l’occasion, je présente l’aumônerie, la foi chrétienne. J’ai demandé à monter un stand de littérature de Noël au mess (cafétéria). Je visite différentes unités militaires sur le département. Je fréquente l’Anfem, l’association des femmes de militaires. Actuellement, j’accompagne trois militaires chrétiens dans leur souffrance : une blessée qui va devoir quitter l’armée, un veuf dans son travail de deuil et une personne rattrapée par les blessures de l’enfance. À tout ceci s’ajoutent une année d’étude, un DU (Diplôme universitaire) « Laïcité-citoyenneté-République » à l’Université protestante de Strasbourg et différentes formations et pastorales. Je ne m’ennuie pas !

Ursula Leuenberger,
Aumônier protestant

 Voir l’appel en p. 30.

 

Commentaires